Présentation

Le principe de la narration interactive consiste en des récits fictifs dans lesquels les participants s’impliquent de différentes manières selon le type de récit.

  • Dans certains cas, l’animateur raconte l’histoire puis invite les participants à échanger sur l’interprétation de celle-ci.
  • Dans d’autres cas, l’animateur raconte l’histoire et s’arrête à des moments clés. Il invite les participants à s’imaginer à la place d’un personnage de l’histoire et à prendre les décisions appropriées.
  • Ou encore, les participants sont invités à partager une histoire qu’ils auront créée sur la base de concepts clés, de principes ou de procédures préalablement énoncés.
  • « Voyage temporel » peut être considéré comme un jeu « Lisez-moi », ou comme un jeu de narration interactive, ou encore comme un jeu-cadre que vous pouvez remplir de votre propre contenu d’instruction.
  • En tant que jeu-cadre, « Voyage temporel » est particulièrement approprié dans les formations qui ont pour objectif d’apprendre aux participants à s’adapter à des règles et à appliquer des principes de base. Vous pouvez adapter le jeu simplement en changeant le contenu des documents de travail, tout en gardant les mêmes règles.

Créativité

La version du jeu « Voyage temporel », décrite ci-dessous, utilise quatre courts documents de travail qui explorent les principes de la pensée créative. Vous pouvez créer votre propre jeu en concevant vous-même ces quatre documents sur le thème que vous souhaitez.

But

  • Apprendre, adapter et appliquer les principes fondamentaux de la pensée créative

Participants

  • Nombre indifférent
  • Optimum : 12-40

Temps

  • 30 à 45 minutes
  • Le temps requis pour l’activité dépend du nombre de documents distribués et du temps consacré à chaque tour

Matériel

  • Un ensemble de courts documents de travail traitant des principes de la pensée créative. Faire des copies de chaque document sur des feuilles de papier de couleurs différentes.
  • Un minuteur et un sifflet (ou autre), pour vous aider à gérer le temps.

Déroulé

Distribuer les documents

  • Donnez un document à chaque participant, en vous assurant qu’un nombre approximativement égal de chaque document est distribué.

Demander aux participants de lire les documents

  • Donnez ces instructions aux participants, avec vos propres mots :
    • Avant de commencer à lire, pensez à quelques questions auxquelles vous voudriez trouver des réponses.
    • Ensuite, parcourez rapidement le document pour en dégager les points principaux.
    • Enfin, lisez-le plus en détail. Soulignez les mots clés et préparez un résumé des idées les plus importantes.
  • Annoncez un temps limité à 5 minutes, et sifflez le moment venu la fin des 5 minutes.

Demander aux participants d’appliquer ce qu’ils ont lu à un projet personnel

  • Donnez ces instructions aux participants, en utilisant vos propres mots :
    • Choisissez un projet sur lequel vous travaillez actuellement.
    • Déterminez comment appliquer les idées du document à ce projet.
    • Cherchez comment modifier ces idées pour les adapter à vos objectifs, à vos besoins et à vos contraintes.
  • Comme précédemment, annoncez un temps de 5 minutes, et sifflez au bout de 5 minutes.

Inviter les participants à se projeter dans l’avenir

  • Donnez ces instructions aux participants, en utilisant vos propres mots :
    • Imaginez que 5 ans se sont écoulés. Vous avez terminé votre projet avec des résultats positifs et significatifs.
    • Imaginez les détails précis de l’impact du projet sur les différents aspects de votre vie. Reliez les idées principales du document à votre belle réussite dans le futur.
  • Annoncez un temps limité à 3 minutes, et sifflez au bout de 3 minutes.

Inviter les participants à créer une courte histoire

  • Donnez ces instructions, en utilisant vos propres mots :
    • Vous allez maintenant créer une histoire. Dans votre histoire vous vous projetez 5 ans dans le futur de la façon que vous avez imaginée dans l’activité précédente. Le thème de l’histoire est « Comment les idées contenues dans le document que je viens de lire ont changé ma vie ».
    • A partir de la situation initiale, l’histoire de votre projet se déroule en intégrant des idées du document, en détaillant les hauts et les bas du projet, et se termine magnifiquement par une réussite. L’histoire doit être positive, et vous permet ensuite de vivre heureux très très longtemps.
    • Laissez libre cours à votre imagination, sans oublier de relier de nombreux éléments de votre histoire aux idées proposées dans le document de travail.
  • Comme auparavant, annoncez un temps de 5 minutes, et sifflez au bout des 5 minutes.

Demander aux participants de raconter leur histoire à un partenaire

  • Donnez ces instructions, en utilisant vos propres mots :
    • Choisissez un partenaire qui a reçu un document d’une couleur différente de la vôtre.
    • Imaginez que vous vous rencontrez par hasard, après 5 ans sans vous être croisés. Chacun à votre tour, racontez l’histoire que vous avez créée.
    • Lorsque vous êtes le conteur, soyez enthousiaste et embellissez votre succès. Lorsque vous êtes l’auditeur, félicitez chaudement votre partenaire pour sa réussite.
  • Imposez, pour chaque partenaire, un temps de 2 minutes pour raconter son histoire.
  • À la fin des 2 premières minutes, sifflez et demandez aux partenaires d’échanger les rôles du conteur et de l’auditeur.
  • Après 2 minutes, sifflez à nouveau et annoncez la fin de la période de narration des histoires.

Demander aux participants de trouver un nouveau partenaire, et répéter le processus

  • Demandez aux participants de trouver un nouveau partenaire ayant un document de couleur différente de leur partenaire précédent, et de recommencer le processus.
  • Encouragez les participants à embellir leurs réussites avec des détails encore plus imaginaires et enthousiasmants.
  • Demandez aux auditeurs d’exagérer leur plaisir face au succès de leur partenaire.
  • Imposez comme précédemment un délai de 2 minutes pour chaque histoire.

Conclure l’activité

  • Répétez les séances de narration des histoires en fonction du temps disponible. -* Demandez ensuite aux participants de choisir la meilleure histoire pour chaque document de couleur différente, et invitez leurs créateurs à présenter à l’ensemble du groupe la version la plus récente de leur histoire.
  • Rappelez aux participants qu’ils peuvent faire en sorte que leur histoire devienne réalité, et qu’ils peuvent réaliser leur projet en appliquant les principes des documents de travail.
  • Distribuez des copies supplémentaires des documents afin que tous les participants aient un exemplaire des quatre documents utilisés.

Document de travail n°1

Marcher sur ses deux pieds !
Nos différents modes de pensée ont leurs propres excès. Réfléchir en se situant aux extrêmes est dangereux, mais la pensée modérée donne des résultats médiocres. Pour produire des idées enthousiasmantes - mais équilibrées -, alterner entre les extrêmes.

  • La pensée créative ne consiste pas en un seul type de pensée, mais plutôt à une combinaison de différents types de pensée. Par exemple, à l’un des extrêmes, vous devrez générer un grand nombre d’idées. Il s’agit ici de pensée divergente. A l’autre extrême, vous devrez trier ces idées pour en déterminer un petit nombre qui vous semblent utiles. Il s’agit là de pensée convergente. La pensée convergente est le contraire de la pensée divergente.
  • Penser uniquement en se situant à l’un des extrêmes peut être dangereux car nous nous retrouvons alors avec des idées arbitraires et partiales. Inversement, la pensée modérée peut être une manière de penser médiocre. Dans le processus créatif, nous devons arriver à une réflexion équilibrée oscillant entre deux extrêmes. Voici quelques fonctionnements opposés de la pensée :
    • Rationnelle / Intuitive : La pensée rationnelle implique une pensée logique et systématique. Vous basez vos réflexions sur des faits vérifiés. Vous développez vos idées en utilisant un processus logique. La pensée intuitive consiste à aller au-delà des données du problème et à apporter des idées qui ne sont pas directement fondées sur des faits vérifiables. Vous basez vos réflexions sur l’imagination et l’imaginaire. Vous vous fiez à votre instinct quant à la validité de vos idées.
    • Adaptative / Innovante : La pensée adaptative consiste à accepter de travailler avec un ensemble de postulats et de contraintes. Vous trouvez des stratégies efficaces pour atteindre vos objectifs en utilisant un ensemble de règles existantes. La pensée Innovante implique de remettre en cause des contraintes et des postulats existants. Vous trouvez des stratégies non-conventionnelles en faisant des choses différentes pour atteindre des buts différents (mais utiles), en rejetant certaines des règles existantes.
    • Analytique / Synthétique : La pensée analytique consiste à réduire les gros problèmes ou éléments en les fractionnant pour les rendre aussi petits que possible. La pensée synthétique consiste à combiner des petits problèmes ou des petits éléments en les incluant dans des plus grands.
  • Un principe important dans la pensée créative est de rester souple et de maîtriser tous les types de pensée. Il s’agit de penser de différentes façons, en explorant à l’occasion des points de vue opposés. Votre esprit doit être en mesure d’utiliser en même temps différentes façons de penser - voire même des pensées contradictoires.

Document de travail n°2

Mettez-vous le pistolet sur la tempe !
Laisser notre esprit penser d’une manière totalement libre ne produit pas d’idées utiles. Une juste quantité de contraintes augmente la richesse et la productivité des idées créatives. S’il n’y a pas assez de contraintes extérieures, créez-en et imposez-les vous.

  • La pensée créative n’est pas toujours une pensée indomptable, imaginative et en-dehors du cadre. Parfois, vous devez rester « dans le cadre » et penser de façon disciplinée, avec les contraintes du monde réel.
  • Au contraire d’une liberté totale laissée à notre esprit, il vaut mieux préférer des modes de pensée à la fois divergente, analytique, intuitive, innovante et latérale. Nous avons besoin de certaines contraintes pour nous forcer à penser de façons contradictoires afin d’atteindre une pensée équilibrée.
  • Les délais, par exemple, ont un effet puissant pour concentrer notre attention, produire plus d’adrénaline dans notre corps et nous rendre plus productif.
  • La nécessité est la mère de l’invention, et les contraintes extérieures imposent la nécessité. Voici quelques exemples de contraintes réalistes :
    • Espace exigu
    • Client exigeant
    • Opinions divergentes
    • Procédures imposées
    • Sponsors capricieux
    • Budget limité
    • Acheteurs impatients
    • Données insuffisantes
    • Nombre limité de pages
    • Personnel minimum
    • Cibles mobiles
    • Délai très court
    • Normes rigoureuses
  • Définissez vos propres contraintes en vous inspirant de celles énumérées ci-dessus. Engagez-vous à respecter ces contraintes, comme si c’était une question de vie ou de mort. Cela devrait recentrer vos priorités, concentrer votre esprit et vous forcer à travailler à des niveaux plus élevés d’efficacité.

Document de travail n°3

Distiller des idées brutes !
Il n’y a pas d’idées inutiles ou stupides. Utiliser même la « pire » idée comme point de départ peut générer de nouvelles idées.

  • En résolvant un problème ou en ayant l’intention de profiter d’une opportunité, vous avez tendance à classer vos idées dans les catégories « mauvaises » et « bonnes ». Ensuite, vous sélectionnez les bonnes idées et rejetez les mauvaises. Vous faites cela parfois consciemment, et parfois inconsciemment.
  • Un paradoxe dans la pensée créative est que la plupart des « bonnes » idées sont vraiment mauvaises et que certaines « mauvaises » idées sont en fait les meilleures. C’est parce que les « bonnes » idées correspondent généralement à vos habitudes et vous font vous sentir à l’aise. La mise en œuvre de ces idées ne peut que renforcer une manière de faire habituelle. En revanche, parce que les « mauvaises » idées vous mettent mal à l’aise, elles suggèrent forcément des approches non conventionnelles. Travaillez sur ces idées pour arriver à des stratégies originales.
  • Une technique efficace dans la pensée créative est de traiter les « mauvaises » idées comme points de départ pour générer les bonnes. Utilisez-les pour vous inciter à penser de façons différentes. Associez librement ces idées, jusqu’à ce que vous arriviez à des idées qui seront non conventionnelles tout en étant applicables.
  • Voici un exemple d’idée apparemment stupide pour satisfaire les clients dans votre restaurant : Éteindre les lumières. En utilisant cette idée stupide comme point de départ, nous pouvons arriver à d’autres idées :
    • Utiliser des bougies au lieu des néons.
    • Assurer un niveau optimal d’intimité permettant aux couples d’avoir un comportement amoureux sans être gêné.
    • La pénombre amplifie les autres sens : faites appel aux autres sens en parfumant l’air, en proposant des fauteuils moelleux, en servant une cuisine épicée et en diffusant une musique douce.
    • Les serveurs trébuchent dans la pénombre : disposez la pièce et les meubles de façon à ce qu’ils ne rencontrent pas d’obstacles.
    • Éteindre les lumières peut surprendre certaines personnes : surprenez agréablement votre personnel et vos clients en leur offrant un bon de réduction ou un repas gratuit.
    • Éteindre les lumières peut effrayer certains clients : repérez les choses qui peuvent effrayer les clients dans la pénombre et les supprimer.

Document de travail n°4

Cultiver des personnalités multiples !
Examinez une situation de divers points de vue pour parvenir à des idées créatives. Si votre équipe n’est pas assez diversifiée, jouez simplement les différents rôles vous-même.

  • Des équipes diversifiées produisent des idées puissantes et créatives parce que leurs membres examinent un problème (ou une occasion qui se présente) de différents points de vue.
  • Cependant, ces équipes sont souvent confrontées à des problèmes logistiques d’organisation. Nous pouvons tirer parti de la diversité sans les tracas de l’organisation d’une équipe interculturelle ou combinant des fonctions très différentes, simplement par le biais de jeux de rôle créatifs. Cette stratégie consiste à s’attribuer des personnalités différentes, et en réfléchissant de leurs différents points de vue.
  • Edward de Bono, auteur prolifique sur la créativité, a mis au point une technique appelée les Six chapeaux pour penser dans laquelle les personnes « portent » l’un des six chapeaux et utilisent un mode de pensée associé à ce chapeau. Par exemple, le chapeau blanc est associé à la pensée objective, alors que le chapeau rouge est associé à la pensée émotionnelle.
  • Vous pouvez augmenter votre créativité en vous attribuant des perspectives et des personnalités différentes, et en vous entraînant à penser « dans » ce rôle. Vous pouvez passer d’un rôle à l’autre pour augmenter le nombre d’idées et leur qualité. Voici quelques paramètres qui vous feront changer de perspective :
    • Âge (exemple : un garçon de 7 ans et une femme âgée de 80 ans)
    • Culture et origine ethnique (exemple : Africain et Européen)
    • Type de client (exemple : client fidèle depuis longtemps et nouveau client)
    • Sexe (exemple : homme et femme)
    • Personnalité (exemple : introverti et extraverti)
    • Préférence politique (exemple : libéral et conservateur)
    • Objectif principal (exemple : faire des économies et faire de la qualité)
    • Profession (exemple : comptable et artiste)
    • Réaction au changement (exemple : innovateur et opposant)
    • Classe sociale (exemple : riche et pauvre)
    • Point de vue temporel (exemple : axé sur les résultats à long terme et impatient pour des résultats immédiats)

Traduction  : Nathalie Jacquemin